Header image

France espanol us   Film   Technique   Extraits Vidéos   Galerie Photos   Blog   Interview   Actualités  

 

Cosmopolis - David Cronenberg

 
CosmopolisTitre original: Cosmopolis
D'après le roman de Don DeLillo
Origine: France, Canada
Sortie: 25 mai 2012
Réalisateur: David Cronenberg
Scénariste: David Cronenberg
Direction artistique: Arv Greywal
Direction de production: Joseph Boccia
Compositeur: Howard Shore
Costumes: Denise Cronenberg
Montage: Ronald Sanders, CCE
Image: Peter Suschitzky
Genre: Drame
Durée: 108 mn
Distribution
: Stone Angels
Producteur: Paulo Branco. Martin Katz
Producteur Exécutif: Grégoire Melin, Edouard Carmignac, Renee Tab, Pierre-Ange Le Pogam
Production: Alfama Films, Prospero Pictures
Coproduction: France2 Cinema, Kinologic Films
Festival: En Sélection Officielle . Compétition au Festival de Cannes 2012

 

Synopsis

 

Dans un New York en ébullition, l'ère du capitalisme touche à sa fin. Eric Packer, golden boy de la haute finance, s’engouffre dans sa limousine blanche. Alors que la visite du président des États-Unis paralyse Manhattan, Eric Packer n’a qu’une seule obsession : une coupe de cheveux chez son coiffeur à l’autre bout de la ville. Au fur et à mesure de la journée, le chaos s’installe, et il assiste, impuissant, à l’effondrement de son empire. Il est aussi certain qu’on va l’assassiner. Quand ? Où ? Il s’apprête à vivre les 24 heures les plus importantes de sa vie.


Casting - Fiche Artistique

 

Robert Pattinson ..... Eric Packer
Sarah Gadon ..... Elise Shifrin
Paul Giamatti ..... Benno Levin
Juliette Binoche ..... Didi Fancher
Mathieu Amalric ..... Andre Petrescu
Samantha Morton ..... Vija Kinsky
Jay Baruchel ..... Shiner
Kevin Durand ..... Torval
Emily Hampshire ..... Jane Melman
Patricia McKenzie ..... Kendra Hays
Anna Hardwick ..... Jenn the Photographer
George Touliatos ..... Anthony
Philip Nozuka ..... Michael Chin
Saad Siddiqui ..... Photographe 2
K'Naan  

 

 

 

   

 

Ce qui frappe d’emblée à la vision de COSMOPOLIS, c’est une fois de plus le défi relevé par David Cronenberg de porter à l’écran un roman a priori cinématographiquement inadaptable, et la façon dont le réalisateur creuse et peaufine une oeuvre unique, hantée de thèmes jugés obsessionnels et marginaux à ses débuts, et qui, pourtant, «dit» le monde mieux que toute autre. Voici donc, après les gageures que représentaient LE FESTIN NU inspiré de William S. Burroughs et CRASH d’après J.G. Ballard, la mise en images du roman de Don DeLillo, «Cosmopolis», son «extériorisation» en quelque sorte. Pour cette vision prophétique et infernale de l’évolution globale du monde, DeLillo disait avoir concentré dans un espace littéraire tous les langages annonciateurs de la catastrophe qui se profilait alors et qui est en cours aujourd’hui. Comme en écho, Cronenberg crée un espace cinématographique qui mélange les genres et chamboule littéralement le spectateur. On en sort groggy, ne sachant plus très bien où l’on est. Ce que l’on sait, par contre, c’est que Cronenberg a toujours été un visionnaire. Oui, l’homme a toujours eu en lui des «parasite murders», qui le métamorphosent peu à peu en mutant, qui, lui-même, contamine irrémédiablement le corps social. Les golden boys de Wall Street sont les derniers produits de cette mutation, et ce sont eux qui vont achever le grand corps malade de «Cosmopolis». — François Guerif, Directeur de la collection Rivages Noir.

 

cosmopolis1.jpg

cosmopolis2.jpg

cosmopolis3.jpg

 

   

      

 

Cosmopolis